Le musée Balaguier ouvre ses portes à une nouvelle exposition jusqu'au mois de juin 2018. Souvenirs et objets du XXe siècle a pu être mis en place suite à une donation qui a permis la constitution du fonds Du Bousquet. Ces objets et documents sont entrés dans les collections de la Ville entre 2008 et 2015. L'exposition s'appuie sur cette riche collection pour évoquer une époque au parfum surannée : de la ménagère au foyer, les souvenirs de voyage, les jouets, la religion, les guerres mondiales, les lieux de spectacles seynois etc.

 souvenirs objets souvenirs objets 2

Téléchargez ce visuel au format pdf

Une histoire de famille

Et quelle est donc l'histoire de cette famille, ou plutôt, de quelles histoires est-elle constituée ? Alexis Marius Lydie Rumeau (1872 – 1953), vendeur de produits d'importation (thé, vanille, ivoire...) épouse en 1896 Madeleine Mignone, rencontrée alors qu'il allait proposer sa marchandise à la famille Michel Pacha. Personnage singulier, Lydie Rumeau fut donc représentant de commerce, toréador, inventeur de lotion et crème, homme politique, franc-maçon, militant...A la famille Rumeau, s'associeront plus tard les familles Delbreil, Merle, Peiré...et Du Bousquet.

 

Création du fonds

Comme nous l'avons vu objets et documents sont entrés dans les collections de la Ville entre 2008 et 2015 par donation et ont ainsi constitué le fonds du Bousquet.

Les donateurs voulaient assurer la conservation des objets de famille et de leurs archives avant leur départ de La Seyne-sur-Mer vers Marseille. Leur nouveau logement ne pouvant accueillir toutes leurs affaires.

Après avoir constaté sur place la richesse et l'importance du fonds, mais aussi les ensembles très bien conservés, les Archives ont fait le choix d'accueillir le fonds.  L'inventaire a été réalisé entre 2014 et 2015.

 

Alan Virot, le patron des Archives municipales aime à rappeler qu'il peut paraître étonnant d'accepter un fonds plus muséal qu'archivistique. « En réalité, précise-t-il, au-delà du fait que nous ne conservons pas que du papier (les collections des Archives sont aussi composées d'iconographies sur tout support (plaque de verre, diapos, images numériques), de films aussi et de quelques objets), les archives familiales du fonds Du Bousquet documentent à merveille les objets. C'est donc assez intéressant de pouvoir rapprocher l'histoire racontée par les archives familiales des objets conservés ».

 

Et après...

L'objectif après l'exposition, était jusque-là de donner la majeure partie du don à des musées plus en mesure de conserver et d'exposer des objets, car on ne conserve pas du bois, du métal, du tissu ou du plastique de la même manière que du papier ou de la bobine film. Toutefois, l'idée de départ a quelque peu évolué et aujourd'hui il est plutôt envisagé d'investir dans des matériaux de conservation à même de garantir la pérennité du fonds.

 

Questions – Réponses avec Alan Virot Responsable des Archives municipales


>> Comment s'est effectué le choix des thèmes ?

Nous avons retenu 7 thématiques. Elles donnent un aperçu assez complet des objets présents dans le fonds.

 

>> Quelques mots sur chaque thème

- Objets du Quotidien reprend l'ensemble des objets qui font le quotidien d'une famille française de la fin du 19e au début du 20e. C'est-à-dire des objets de cuisine, des objets liés aux loisirs ou aux activités domestiques, des objets liés aux soins ou à la beauté et plus encore.

- Lydie Rumeau parle de cet ancêtre de la famille qui a eu une vie assez riche, tour à tour toréador, vendeur de chinoiseries, vendeur de vins, photographe, ...mais également une figure emblématique de la Franc-maçonnerie Seynoise et même de tout le Sud-est de la France. On expose d'ailleurs toute une série d'objets liée à cette histoire franc-maçonne.
- Religion expose les différents objets liés au culte dans la famille. Les objets sont classiques, mais précieux et de bonne facture.

- Bureau et écoles regroupe les objets liés à l'école comme les cahiers, les devoirs de vacances, et tous les petits objets d'une finesse extrême liés à l'écriture comme les encres, les plumes de verre torsadée. On trouve aussi de la gomme arabique, des tampons ou encore le nécessaire à cacheter (avec de la cire).

- Jouets....Des jouets, plein de jouets ! Le fait qu'ils soient de la fin du 19e/début 20e les rends encore plus attachants et montrent l'évolution du jouet jusqu'à la production de masse et avant la société de consommation ! On trouve de jouets très « rigolo » comme une grenouille articulée, de vieux meccano, des soldats de plomb, un gyroscope ou des jeux d'adresse.

- Souvenirs de voyage retrace les petits éléments que l'on ramène d'un voyage. On peut y trouver des éventails, des cartes postales (en l'occurrence, des cartes du Japon de 1933), ou un petit sac à main en bois de Corse.

- Guerres permet de retrouver les différents objets liés au Premier conflit mondial (billet de loterie pour les éprouvés de la guerre) ou au Second avec la propagande vichyste qu'on oppose à l'activité résistante de la mère du donateur.

 

>> Le choix des objets dans chaque thématique ?

La partie la moins facile car de nombreux objets méritaient d'être présentés. Nous avons sélectionné les plus représentatifs et les plus singuliers. Il reste encore des trésors que nous n'avons pas dévoilés (comme des cartes postales humoristiques et coquines...

 

>> Comment sont gérés les objets au terme de l'exposition ?

Les donateurs ont offert le fonds à la Ville et plus particulièrement aux Archives qui l'a inventorié. Notre objectif en faisant cet inventaire, c'était de le proposer ensuite aux musées français pour leur confier la conservation de ces objets pour lesquels les Archives ne sont ni équipées, ni formées. Mais l'inventaire a montré que le fonds était tellement riche qu'il ne pouvait pas partir sans être valorisé au moins une fois et exposé dans « sa » Ville.

Au regard de son importance, de sa richesse et des volumes l'idée de l'organiser en partenariat avec le musée Balaguier a germé. Finalement, l'exposition est devenue l'exposition annuelle du musée. Nous avons donc travaillé en mode projet entre les Archives, Balaguier et la Maison du Patrimoine pour organiser cette exposition de grande ampleur pour les Archives, et annuelle pour le Musée.


>> Alors ? On garde ou pas le fonds ?

La réorganisation des Archives menée depuis 2014 nous permettrait aujourd'hui de le conserver dans de bonnes conditions.

Mais les Archives n'en restent pas moins un lieu où l'on n'est pas censé trouver du métal, du bois, du tissu ou de la galalithe. Alors imaginer un retour de tous ces objets dans des cartons auxquels le public n'aurait plus accès jusqu'à ce qu'une exposition nécessitant d'être contextualisée par des objets d'époque ne les réclame serait dommage.

Tandis que dans un musée, ces objets pourraient être continuellement exposés.

La question reste donc entière et si elle n'est plus matérielle elle reste néanmoins une question de sensibilité professionnelle.