L'entretien (13/11/2017) aura duré le temps d'un long déjeuner. Il aura permis d'aborder un large panel de sujets « brûlants » à défaut d'y trouver des solutions immédiates.

 

Emmanuel Macron entouré de deux ministres en charge de la cohésion des territoires a reçu Marc Vuillemot, président de l'association Ville & Banlieue de France, accompagné de parlementaires et de représentants de conseils citoyens.

 

A l'issue de cette réunion et alors que se tient à Lyon (14/11/2017) le conseil d'administration de l'association Ville & Banlieue de France Marc Vuillemot livre un premier aperçu de l'entrevue avec le Président de la République.

 

En recevant finalement non seulement les associations de maires, mais également des parlementaires, des associations et des représentants de conseils citoyens,    pendant près de 3 heures, le Président de la République, accompagné des deux ministres en charge de la cohésion des territoires, a très objectivement manifesté une volonté d’écoute des inquiétudes et des enjeux républicains pour les 5 millions de résidents des quartiers populaires.

Tous les sujets ont été librement abordés, en particulier ceux ayant suscité une forte inquiétude depuis les séries d’annonces de l’été  : l’insertion professionnelle, la prévention de la délinquance et la sécurité, les dérives radicales, les emplois aidés, le financement des contrats de ville et de la rénovation urbaine, l’appui de l’Etat aux communes et intercommunalités abritant des quartiers populaires prioritaires, notamment par les mécanismes de péréquation et de solidarité, enjeux des lois de finances 2018 et ultérieures, l’implication des habitants, la mobilisation de l’ensemble des départements ministériels dans les sites prioritaires, les risques de désengagement de Régions ou de Départements en écho à celui de l’Etat, la question du logement social, du devenir des organismes d’HLM, des effets à corriger, suivant les territoires, des lois DALO, SRU et ALUR, etc.

Si le Président n’a rien annoncé de concret en retour des interpellations des acteurs des territoires, il a néanmoins manifesté une volonté de prendre lui-même en main les enjeux républicains de la politique de la ville, indiquant sa décision de co-construire avec ses hôtes du jour, dans la durée, les politiques publiques en ce domaine, ouvrant un chantier qui fera l’objet de points trimestriels de fonctionnement sous sa propre autorité.
En ce sens, on peut être satisfait de ce qu’il faut considérer comme un point de départ. Nous prendrons part à tous les futurs rendez-vous de travail. Nous donnons acte de l’annonce de la démarche, rappelant qu’il faut avancer dans l’urgence.