CULTURA OCCITANA, MÒDE D’EMPLEC
Coma se i èra engatjat Marc Vuillemot e la muniicpalitat, fa dos ans, la cultura occitana comença de banejar a La Sanha. Es sostenguda per la municipalitat. Pensa que tota politica culturala s’endeven ambé lo patrimòni millenari de nòstra lenga, nòstra arquitectura, ambé totei lei biais de viure pròpris tant a nòstra region provençala, coma au país varés e a nòstra Comuna. Esto sosten es estat apreparat per lo travalh de la comission Identitat occitana e provençala de La Sanha  qu’entamenèt, ambé leis associacions e personas concernidas, un travalh sus la toponimia dei quartiers e carrieras dau centre de la ciutat. La buta èra de soscar a un biais per far espelir una idèa modèrna e duberta de la cultura d’Òc.

Socializacion de la lenga


Totei lei lengas son egalas en dinhitat e lo carácter oficiau d’una lenga testimonia gaire de sa superioritat. Per nautrei que ne’n siam convinçuts, se tracta de mostrar que la lenga d’Òc dins son expression provençala a drech de ciutat e qu’es pas un folclorizasion  passadissa. Socializar la lenga, ‘quò es li donar lei mejans practics de son expression publica : ne’n faire una lenga per totei.  Sabèm pron que lei fa autoritat. Promesa sempre, l’esperam encar. Dins aquela espèra nos fau faire testimoniatges. Se vesèm dins lei carrieras e lei barris de noms que fan ressons a nòstra istòria locala, se la consciéncia d’un passat e d’un present comuns bolega dintre lo monde sanhenc - sovenirs e rebats de realitats viscudas ò portadas per una partida mai importanta d’estatjants que cresèm-, nòstre prètzfach serà pas estat de badas.

Aquí  comença lo travalh de socializacion. De qu’avèm de besonh ?

√ Acostumar lei sanhencs ai noms en lenga d’Òc, per rementar una istòria comuna rebutada (avèm jamai vist una istòria locala , regionala ensenhada dins leis escòlas) ;
√ Metre a dispausicion un repertòri bilïngue oficiau dei noms de carrieras e dei quartiers. Lo sindicat d’iniciativa porgiriá d’informacions de la vila dins un pichòt facicle au monde vengut s’assabentar ;
√ Afavorir l’escrich en provençau dins lei comercis, lei restaurants : aquò seriá un premier pas vèrs un “Ofici de la lenga” que lo travalh seriá de respondre a la demanda e de la sollicitar ( existis un organism que pòt ajudar a responsabilizar leis adults a l’emplec de l’occitan en societat : www.occitan-oc.org );
√ Desvolopar la creacion dins lo cant, la poesia, lo teatre, lo film . Avèm mai d’un creator que cerca son public. Miquèu Tournan, per la creacion musicala e cantada a engatjat dempuei de temps un brave travalh qu’es sostengut per la Comuna : cors de cants, creacion musicala dins una amira modèrna e gaire passadissa. Redescuberta dau balèti.

Vaqui çò que volèm : enfortir d’unei expressions culturalas forabandidas de la vida vidanta per lo mercat oficiau de la cultura.
Es una escomessa que ganharem ò perdrem ensems.

Gérard TAUTIL
Vice president dau cèucle occitan de la Sanha


CULTURE OCCITANE, MODE D’EMPLOI
Conformément à ses engagements, Marc Vuillemot et la municipalité commence à faire renaître notre culture historique. Ils soutiennent la culture occitane, parce qu’ils pensent que le patrimoine millénaire de notre langue, de notre architecture et de toutes les expressions d’un « biais de viure » sont originales et donc propres à notre région provençale, au pays varois et à notre commune. Ce soutien a été anticipé par des séances d’échanges et de propositions dans le cadre de la commission « Identité occitane et provençale de La Seyne » qui a entamé, avec les associations et les personnes concernées, un travail sur la toponymie des quartiers et des rues du centre ville. L’objectif était de réfléchir aux moyens de traduire une idée moderne et ouverte de la culture d’Oc.

Socialisation de la langue

Toutes les langues sont égales en dignité et leur caractère officiel ne témoigne pas de leur supériorité. Nous qui en sommes convaincus, voulons montrer que la langue d’Oc dans sa forme provençale a droit de cité et qu’elle n’est en rien un mauvais folklore passéiste. Socialiser la langue c’est lui donner les moyens pratiques de son expression dans la vie publique : en faire une langue pour tous. Nous savons bien que la loi fait autorité en la matière. Promise mais toujours remise, nous l’attendons encore. Face à  cette attente, nous devons témoigner.  Si nous voyons dans les rues et les quartiers des noms qui font écho à notre histoire locale, si la conscience d’un passé et d’un présent communs remue dans notre univers seynois souvenirs et reflets de choses vécues, ou portées par une plus grande partie d’habitants que nous le croyons, alors notre travail n’aura pas été vain.

Le travail de socialisation commence ici. De quoi avons-nous besoin ?

√ Habituer les Seynois aux noms en langue d’Oc, afin de rappeler une histoire commune refoulée (nous n’avons jamais vu une histoire locale, régionale, enseignée aux enfants des écoles);
√ Mettre à disposition un répertoire bilingue officiel des noms de rues et de quartiers. Le Syndicat d’Initiatives pourrait présenter des informations dans un petit fascicule aux gens venus s’informer ;
√ Favoriser l’écrit en provençal dans les commerces, les restaurants. Ce serait une ébauche d’Office de la langue dont le travail consisterait à répondre à la demande et à la solliciter (Il existe un organisme qui peut aider et responsabiliser les adultes à l’emploi de l’occitan en société : www.occitan-oc.org ) ;
√ Développer la création dans les domaines du chant, de la poésie, du théâtre,du film. Nous avons des créateurs  à la recherche de leurs publics. Le Cercle Occitan, pour la création musicale et chantée, a réalisé depuis longtemps un  travail de qualité soutenu par la commune : apprentissage et création de chants, création musicale dans une perspective moderne et non passéiste, redécouverte du bal populaire.

Voici ce que nous souhaiterions : renforcer certaines expressions culturelles bannies de la vie quotidienne par le marché officiel de la culture. C’est un pari que nous gagnerons ou que nous perdrons ensemble.

Gérard TAUTIL
Vice président du Cercle Occitan de La Seyne