Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics et Google Ads, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Autres cookies

Ce CMS Joomla utilise un certain nombre de cookies pour gérer par exemple les sessions utilisateurs.

Communiqué de presse

Déclaration de Marc Vuillemot, Maire de La Seyne-sur-Mer, Vice-président de Toulon Provence Méditerranée, à propos de l'intervention d'Edouard Philippe, Premier ministre devant l'Assemblée nationale mardi 28 avril 2020. 

 

Contraintes, incertitudes, annonces inquiétantes, silences sur des enjeux majeurs, l'intervention du Premier Ministre sur la stratégie nationale du plan de déconfinement appelle plusieurs remarques.

 

Il a affirmé « vouloir laisser aux autorités locales le soin d'adapter », mais il a, dans le même temps, fixé des cadres qui ne semblent pas négociables :

– la réouverture des écoles n'est pas une possibilité, mais une obligation

– les dates de retour à l'école sont fixées nationalement en fonction des niveaux des élèves 

– le nombre d'élèves accueillis par classe est fixé nationalement à 15 (ce qui est insensé et beaucoup trop, très peu de salles de classe permettant de respecter une distanciation physique avec un tel effectif) 

– dans ce contexte, l'État fait supporter aux seules familles la difficile responsabilité de trancher entre l'instruction de leurs enfants et la santé de leurs foyers, en choisissant ou non d'user de la liberté qui leur est laissée par l'État de les rescolariser, mais que beaucoup ne pourront pas exercer parce qu'ils seront contraints par leur employeur de reprendre le chemin du travail.

Il reste aussi des incertitudes qui devront être levées, en espérant que l'échelon local pourra prendre part à la décision :

– les crèches doivent-elles ou peuvent-elles être rouvertes dès le 11 mai, de surcroît avec des groupes très importants de 10 enfants ?

– les personnels des centres communaux d'action sociale (CCAS), appelés à participer aux « brigades départementales de traçage », qui ne sont pas habilités à connaître le secret médical, pourront-ils ou devront-ils être mobilisés par les préfets ? avec quelle contrepartie pour leur employeur ?

– aucune annonce n'a été faite quant à la restauration scolaire, pourtant indispensable pour certaines catégories de familles.

 

Il y a enfin des annonces et des omissions inacceptables :

– l'épisode dramatique du rassemblement évangélique de Mulhouse auquel ont pris part environ 2.000 personnes l'a prouvé, il est étonnant de n'interdire jusqu'en septembre que les manifestations qui en rassemblent plus de 5.000 

– l'État ne s'est engagé à fournir ni les masques nécessaires à tous les Français, ni les tests de dépistage indispensables ou obligatoires (par exemple, si les enseignants devront porter un masque, l'évocation par le Président de la République du caractère obligatoire des tests virologiques pour les enseignants n'est pas reprise par le Chef du gouvernement) 

– l'annonce d'un soutien de l'État aux acquisitions des masques par les collectivités locales est doublement injuste : seules les collectivités n'ayant pas encore passé commande recevront une aide financière de l'État ; et cette aide sera limitée à 50% du coût, avec une limite à un prix plafond, sans considération de la possibilité financière des collectivités 

– plus généralement, rien n'est annoncé pour la compensation des frais engagés par les collectivités locales pour la crise sanitaire, en lieu et place de l'État, ce qui risque de les rendre frileuses à poursuivre leurs dépenses pourtant indispensables 

– rien n'est annoncé sur les moyens de lutter contre la faim qui tenaille de plus en plus de nos concitoyens les plus humbles 

– rien n'est annoncé quant au soutien aux services publics qui prouvent qu'ils sont le vrai rempart des drames en cette période, quant à la revalorisation des métiers en première ligne dans la crise sanitaire, ni quant à un plan urgent pour l'insertion professionnelle, notamment des personnes les plus éloignées de l'emploi, pourtant demandé par les maires.


Après une gestion de crise calamiteuse, nous voilà à l'orée d'une sortie de crise hasardeuse. Les Seynois, comme tous les Français, ne devraient hélas pas être plus rassurés aujourd'hui qu'hier.


Marc Vuillemot Maire de La Seyne-sur-Mer - Vice-président de Toulon Provence Méditerranée

 

Télécharger la version (format pdf)