Bus à haut niveau de service : de La Pauline à Bois Sacré

Une réunion publique de concertation a eu lieu le 18 janvier à la Bourse du travail. But : élaborer avec les usagers le meilleur projet pour le futur bus à haut niveau de service.

Yannick Chenevard

Le projet de bus à haut niveau de service est lancé. Il reliera la gare de La Pauline (La Garde) à Bois Sacré, où sera réalisé un ponton pour les lignes maritimes. Cinq réunions publiques de concertation ont été organisées dans les cinq communes sur son tracé  : La Valette, Toulon, La Garde, La Seyne et Ollioules. « Autrefois, expliquait Yannick Chenevard, vice-président de la métropole TPM en charge de la mobilité, la problématique était la pollution. Aujourd’hui, les voitures sont de plus en plus propres. La problématique c’est l’encombrement. C’est une révolution ».

La voiture au garage

Avec le RER métropolitain à venir, les lignes régionales Zou !, les lignes maritimes, les futures lignes à haut niveau de service, le réseau Vélo (308 km de pistes existantes + 100 km en prévision), la voie qui sera réservée pour les transports en commun sur l’A57, la gare d’Hyères qui va devenir un pôle d’échanges et, la navette électrique qui reliera ce réseau à l’aéroport d’Hyères, il sera enfin possible de laisser sa voiture au garage. Sans compter les fréquences élevées du BHNS (toutes les 7 mn le matin, et toutes les 8 mn le soir), avec une amplitude horaire élargie.

En présence de Nathalie Bicais, Yannick Chenevard a expliqué la mise en œuvre de ce bus de 24 mètres de long pour 180 passagers. « La fréquence pourra être augmentée au besoin. TPM envisage l’achat de 25 bus » précise le vice-président. D’un montant total prévisionnel de 400 millions d’€ environ, une subvention de 40 millions d’€ de l’Etat est annoncée. Les appels d’offre devraient avoir lieu le deuxième semestre 2023. La première phase de travaux est annoncée en 2024 et, la seconde après 2025.

Le tracé en questions

Nathalie Bicais

En fin d’exposé, Yannick Chenevard a donné la parole à l’assistance. Des questionnements sur le tracé, qui ne dessert ni gare de Toulon ni le quartier Berthe, pourtant équipé pour accueillir le BHNS depuis le PRU(*) de 2006, ont été entendus. Le tracé proposé a également provoqué des réserves concernant son passage au milieu de l’AMAP les Olivades, à la frontière entre Ollioules et La Seyne. « Il faut préserver cette terre agricole qui nourrit 120 familles » déclarait Daniel Vuillon, son exploitant.

Nathalie Bicais, maire de La Seyne-sur-Mer, a largement insisté sur l’importance d’un réseau de transport en commun efficace autour de la rade. Cette dernière a également pointé du doigt le manque de lignes de cabotage sur le réseau maritime. En effet, même si deux pontons supplémentaires sont prévus à Pipady et à Bois Sacré, toutes les lignes maritimes continuent de ne desservir que Toulon.

Avant de prendre congé, Yannick Chenevard a assuré que le BHNS est en phase de concertation, qu’il n’est pas figé et que toutes les observations recueillies nourriront le projet final.

 

(*) Programme de rénovation urbaine signé en février 2006

Partage