Concert de la “Compagnie Rassegna” le 17 février à Tisot : De Méditerranée et d’ailleurs

Après leur résidence artistique au centre culturel, la compagnie Rassegna sera sur la scène de Tisot jeudi 17 février (*).

Avec “Il sole non si muove”, la Cie Rassegna se penche sur la circulation des chansons profanes au XVIe siècle. A cette occasion, flûte kaval, luth arabe, basse, guitare baroque ou électrique invitent la viole de gambe à accompagner les chanteurs de la compagnie. Au programme, des pièces issues des répertoires de chansons italiennes (frottole), espagnoles ou portugaises, des chants issus du “Hawzi” (genre né au XVIe siècle dans la ville algérienne de Tlemcen), ainsi que des airs turcs et arméniens caractéristiques de cette époque. En parallèle de ce répertoire méditerranéen, un autre se dessine : venus de l’Angleterre élisabéthaine, des Ayres de Dowland et de Hume, ou des extraits des “cris de Londres”, ponctuent le déroulé du concert. Ils rappellent que cette époque fut celle des flux et des échanges autant que celle des territoires et que, européen avant l’heure, le musicien de la Renaissance circulait en permanence, croisant déjà les influences et les sonorités, pleinement acteur d’un monde en mouvement. Propices à l’improvisation et à la créativité, ces airs du nord et du sud de la Méditerranée permettent un nouvel angle de vue, plus septentrional, sur cette mer si fascinante.

Tarif : 15 Euros (hors frais de billetterie). Infos : tisot@la-seyne.fr Résa en ligne ici

(*) Le groupe prépare par ailleurs un concert de chants méditerranéens le 3 juin à 14h avec une centaine d’élèves des écoles du quartier Berthe.
Dominique Baviera

Dominique Baviera, délégué à la culture : « Les résidences permettent à des artistes de différentes disciplines (Art chorégraphique, musique, théâtre, écriture, arts plastiques …) d’être accueillis dans les meilleures conditions au sein de différentes structures culturelles communales en favorisant la création in situ, la mise en situation des artistes, l’ouverture et l’éveil des publics (sous forme de rencontres à venir) mais également en favorisant la diffusion.

Dans le cas seynois, au sein de lieux parfaitement adaptés comme l’Espace Tisot ou le chapiteau de la Mer notamment et dans l’avenir d’autres, il est question désormais de mettre en relation l'(les) artiste(s) ou la compagnie avec le public sous forme de répétitions publiques destinées à tous types de publics et de restitution à travers principalement un spectacle ou un concert ponctuant la dite résidence »


		
Partage