Le convoi humanitaire pour l’Ukraine revient avec 23 réfugiés, un autre est en route

Le convoi humanitaire parti le 1er avril a rempli sa mission : Porter les dons des Seynois, soit 10 tonnes, à la frontière ukrainienne. Il est rentré le 7 avril avec 23 réfugiés fuyant la guerre. Un autre convoi est parti le 4 avril, direction Kyiv (Kiev en Ukrainien) et Chernigov. A son bord, neuf groupes électrogènes, du matériel pour réaliser des hôpitaux de campagne et les nouveaux dons des Seynois.

Le neuvième convoi humanitaire parti le 1er avril pour l’Ukraine a rempli ses missions : le transport des nombreux dons des Seynois à l’aller, puis la récupération de 23 réfugiés pour un retour vers la France.

Ce convoi qui est parti, d’une part de La Seyne-sur-Mer et d’autre part de Saint-Paul-sur-Ubaye, était composé de huit véhicules : six du Var et deux de l’Ubaye. L’équivalent de 10 tonnes, soit 43m3, ont été livrés à Zàhony, une petite localité hongroise à la frontière ukrainienne. Seize bénévoles ont assuré ce convoi hors norme. Parmi eux, Bernard Reynart (en photo ci-contre), Olivier, Elie Hervy et son épouse Claire Foison. Cette professeure de piano et concertiste, raconte : “Notre groupe s’est scindé en deux. Le fret est parti à Zàhony et l’autre s’est rendu à Vylok en Ukraine pour aller récupérer les 23 réfugiés qui souhaitaient être rapatriés en France. Après 2h30 de formalités à la frontière, nous avons franchi la rivière frontière et sommes entrés en Ukraine. Nous avons été accueillis par notre contact, Vyedeslav. Le maire de Zàhony, et le président du district qui nous ont remerciés pour l’aide apportée”.

Voir la vidéo de remerciement de Làzló Helmeczi maire de Zàhony ci-dessous :

Dans ce convoi on comptait quatre anciens officiers de la Marine nationale, un skippeur du Vendée Globe, une jeune étudiante australienne, une infirmière, un éducateur spécialiste de la petite enfance, un ingénieur matériaux composites et gestion de crise, un géologue spécialiste de l’eau, un journaliste, un traducteur hongrois et un russe, une concertiste pianiste internationale et cinq interprètes français anglais italien hongrois russe et ukrainien en alerte 24h/24 pendant la durée de la mission.

Vingt trois réfugiés, composés de 2 hommes, 14 femmes et 7 enfants, ont été répartis dans les véhicules du convoi. “En accord avec les autorités de surveillance (*), explique Elie Hervy, nous avons ramené 19 personnes à Toulon. Elles sont actuellement en train de faire leur démarches administratives auprès de la préfecture du Var. Quatre personnes sont rentrées avec nous, vers Saint-Paul. Un papa, que nous avons récupéré à Budapest et qui a retrouvé sa femme et ses cinq enfants ici. C’était très émouvant. Quant à la famille que nous avons ramenée dans notre véhicule, il s’agit d’une grand-mère, de sa fille et de son jeune fils que nous allons héberger.” 

“Une chaîne d’amour et d’espoir”

Les bénévoles de la réserve communale de sécurité civile avec Véronique Leportois et Marie-Claude Argiolas-Paganelli.

La solidarité des Seynois ne faiblit pas. Les dons continuent d’affluer au CCAS, à la mairie sociale. Une solidarité seynoise saluée par Véronique Leportois, adjointe déléguée aux affaires sociales et vice-présidente du CCAS : “Je remercie infiniment les Seynois pour leur dons, ainsi qui les écoles, les associations, les entreprises et les commerces. Et je leur dis que tout est arrivé à bon port. Je remercie aussi vivement les bénévoles, les agents du CCAS et la Sécurité civile communale pour toute leur aide, ici à la salle Jules-Verne. Depuis plus d’un mois, c’est une véritable ruche ici. Ils trient, stockent, emballent, organisent la logistique. Ce convoi n’aurait pas été possible sans cette formidable chaîne de solidarité. Une chaîne d’amour et d’espoir “.

Chargement des neuf groupes électrogènes à Castorama.

Pour sa part, Marie-Claude Paganelli-Argiolas salue elle-aussi la formidable solidarité des Seynois et nous parle de l’autre convoi, parti celui-ci lundi 4 avril. “Ce convoi est assuré par l’association Fraternité et Humanisme. Neuf groupes électrogènes et deux hôpitaux de campagne sont transportés à Kyiv (NDLR : Kiev en Ukrainien). Trois de ces groupes électrogènes seront amenés à Chernigov, une ville qui nous a appelés au secours. L’hôpital de cette ville n’a plus d’électricité. Je remercie infiniment les membres de Fraternité et Humanisme qui vont porter cette aide au coeur du conflit. Leur courage et leur solidarité sont honorables”.

 

(*) Autorités de surveillances :
– Préfectures du 83 du 04 et du 78
– Consignes gouvernementales françaises et ukrainiennes
– Les ambassades de France des pays traversés : Italie , Slovénie, Hongrie
– Ministère de l’immigration en Hongrie
– Police des frontières en Hongrie et Ukraine
– Armée ukrainienne

*Autres autorités :
– Réseau autoroutier de France Italie Slovénie Hongrie.
– Les associations Solidaritate et Les Saint-Paulins ensemble

 

Les photos du convoi sur la route ainsi qu'au centre d'accueil des réfugiés à Zàhony à la frontière ukraino-hongroise

Partage