Les saisonniers au service des EAJ  

Les EAJ de La Seyne recrutent chaque année des jeunes saisonniers en tant qu’animateur. Cette année, ils sont au nombre de 13 et partagent tous le même plaisir : s’occuper des enfants !  

“Embaucher des jeunes animateurs est un engagement qui fait partie du projet du service Jeunesse. Ça leur permet de payer une partie de leurs études et puis, les jeunes attirent les jeunes !” Morad Yacoub, responsable du service jeunesse, soutient les saisonniers qui travaillent dans les EAJ (Espaces Accueil Jeunes) de La Seyne-sur-Mer. Cet été, ils sont au nombre de 13, en plus des animateurs à l’année. Un recrutement nécessaire, puisque les animateurs sont extrêmement sollicités pour les activités, avec une amplitude d’accueil élargie à 60 heures par semaine. 

Clarisse a 18 ans et, comme la grande majorité des saisonniers à l’EAJ, elle est Seynoise et titulaire du BAFA. Ce qui lui a donné l’envie de travailler à l’EAJ de la Maurelle, c’est son adhésion depuis son plus jeune âge! “J’étais adhérente avant, je viens ici depuis que j’ai 11 ans, j’aimerais bien revenir l’année prochaine, l’ambiance est géniale et les jeunes sont super.” Un véritable retour aux sources pour l’étudiante qui s’occupe des 10-14 ans.  

Des saisonniers qui reviennent chaque année !

Occuper les jeunes, les surveiller, faire des jeux et des activités avec eux, voilà le travail des animateurs. Cependant, il est nécessaire de remplir quelques prérequis pour être saisonnier selon Jean Bouharrak, directeur de l’EAJ de la Maurelle. “On essaye d’avoir des animateurs qui ont le BAFA et le permis, pour qu’ils puissent se déplacer avec les enfants entre les activités.”

Cette expérience professionnelle en compagnie des enfants est bénéfique pour Emma, 21 ans, qui rentre en dernière année de licence de langue et qui souhaite devenir institutrice. “Je voulais faire éducateur pour jeunes enfants, mais au final je voudrais devenir institutrice et ici je suis entourée d’enfants donc forcément, ça me plaît. J’aime vraiment travailler ici, l’année dernière j’étais déjà là, et l’année d’avant j’étais à l’EAJ de la Maurelle. Je ne les lâche plus les EAJ !”, reprend-elle en souriant.  

En fin de compte, les saisonniers sont à peu près tous passés par les EAJ dans leur enfance, une façon de rendre la pareille au service jeunesse de la mairie !

 

Partage
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp