Les traditions provençales jusqu’au coeur des foyers

Le 19 janvier dernier à la Bourse du travail, Dominique Baviera, adjoint à la promotion des traditions, Elisabeth Gues, adjointe à l’habitat, et Virginie Sanchez, adjointe à la commande publique ont présenté les grands gagnants du concours de crèches traditionnelles familiales qui avait été organisé au mois de décembre au cœur des foyers. Pour l’occasion, les membres de l’association Lou Raïoulet étaient venus présenter plusieurs danses folkloriques au public.

Une trentaine de personnes pour un événement traditionnel 

Si une trentaine de personnes ont souhaité participer au concours, pour Dominique Baviera, “c’est une belle reprise” puisque, précise-t-il, “c’est dès notre arrivée aux affaires de la ville que nous avons remis le concours à l’ordre du jour, il avait disparu depuis fort longtemps. Il renoue avec nos traditions, notre identité et notre culture provençales comme nous le faisons également, et à nouveau, avec la Fête votive de Notre Dame du Mai avec les communes de Six-Fours et de Saint-Mandrier-sur-Mer (le 1er mai)  mais également avec la Fête de la Saint-Pierre et des Pêcheurs, à Saint-Elme et la réinstauration des tournois de joutes provençales, entre autres.” 

Deux coups de cœur du jury pour cette année. 

Après la projection d’un petit film composé de photographies dévoilant les dispositions des santons au cœur des foyers et une représentation des danses traditionnelles réalisées par les membres de l’association Lou Raioulet, le nom des gagnants à été énoncé. Mme Drack et Mr Matteucci se sont distingués pour la catégorie petite crèche. Ils ont spécifié en récupérant leur prix que certains de leurs santons provenaient de leurs aïeuls. Pour la moyenne crèche, c’est Mme Bervel qui a été félicitée. Son amour pour les santons vient de l’engouement de ses enfants pour la chose. Pour la grande crèche, c’est M. Campodonico qui a remporté le premier prix. En ce qui concerne le coup de coeur du jury, deux participants sont arrivés ex-aequo, à savoir, la famille Rossi qui a commencé à se prêter au jeu après avoir collectionné ses premiers santons dans les galettes, puis Mme Graziani qui réalise, elle, toutes ses maisons à la main et en argile. Tous les participants ont été récompensés par un panier gourmand.

Le discours de Dominique Baviera, adjoint à la promotion des traditions

Chers amis, dès notre arrivée aux affaires de la Ville, il y a trois ans, j’ai souhaité réinstaurer le concours de crèches traditionnelles et familiales, à La Seyne, qui avait disparu depuis fort longtemps.

Il est question avec ce concours de renouer avec nos traditions, notre identité et notre culture provençales comme nous le faisons également, et à nouveau, avec la Fête votive de Notre Dame du Mai avec les communes de Six-Fours et de Saint-Mandrier (Le 1er Mai, à l’Aire des Masc) mais également avec la Fête de la Saint-Pierre et des Pêcheurs, à Saint-Elme et la ré-instauration des tournois de joutes provençales, entre autres.

C’est donc un plaisir pour moi de vous retrouver, vous qui avez été 27 familles seynoises à participer à cette nouvelle édition. Je tiens tout particulièrement à vous remercier et vous félicitez.

Comme vous l’avez bien compris, un jury a départagé par catégorie des gagnants. Mais en réalité, vous serez toutes et tous récompensés pour votre engouement à maintenir la tradition qui nous est tous très chère.

Le choix a été difficile tant vos crèches, petites ou grandes, étaient belles et réalisées avec passion pour ne pas dire amour.

Les crèches familiales sont une institution chez nous, en Provence. Elles sont nées dans les foyers suite à la Révolution Française et à la fermeture des églises, même si l’origine du santon est italienne.

C’est le Marseillais, Jean-Louis LAGNIEL (1764/1822) qui fut le premier à créer des santons (petits saints en provençal : santoun), santons en argile afin de représenter la nativité et les métiers d’antan.

Anciennement les santons étaient en plâtre et en bois.

Même s’il existe des santons et des crèches dans le monde entier, c’est en Italie et en France que la tradition est la plus ancrée ; principalement, chez nous, en Provence.

La cité du santon restant Aubagne.

Chers amis, je vous remercie donc à nouveau, vous qui perpétuez cette tradition qui dépasse la simple notion religieuse et cultuelle pour être un réel atout culturel et un bijoux patrimonial autant qu’un enchantement dans une maison, lors des fêtes de fin d’année.

Je tiens par ailleurs à remercier les membres du jury, ma collègue Élisabeth GUES et les personnels du Service A l’Écoute des Quartiers mais aussi nos amis de Lou Raioulet, qui nous enchantent lors de chacune de leurs prestations.

Nous allons à présent passer à la remise des prix et des diplômes, juste après vous avoir précisé que les gagnants de cette année pourront à nouveau concourir l’an prochain mais pas dans la même catégorie.”

 

Partage
Notre site utilise des cookies pour réaliser des statistiques de visites, partager des contenus sur les réseaux sociaux et améliorer votre expérience. En refusant les cookies, certains services seront amenés à ne pas fonctionner correctement. Nous conservons votre choix pendant 30 jours. Vous pouvez changer d'avis en cliquant sur le bouton 'Cookies' en bas à gauche de chaque page de notre site.