Réunion d’après-saison aux Sablettes

Madame le maire Nathalie Bicais a rencontré les commerçants du quartier Sud jeudi 28 octobre au Grand Hôtel des Sablettes, au côté de Stéphane Lelièvre, patron de l’établissement et actuel président de l’association des commerçants du Sud.

Rendez-vous était fixé au Grand Hôtel des Sablettes, où Stéphane Lelièvre, à la tête de l’établissement et désormais président de l’association des commerçants du Sud de la ville, a « accepté avec plaisir » d’accueillir la rencontre. Madame le maire Nathalie Bicais avait en effet convié les commerçants, jeudi 28 octobre, afin de « dresser un bilan de la saison et définir des pistes d’amélioration ». Ces derniers ont répondu présents et le patron des Maisons Lelièvre (14 établissements sur le territoire métropolitain) a officialisé son engagement à leur côté. « Madame le maire m’a contacté pour savoir si j’acceptai d’animer l’association des commerçants. Si je peux donner un coup de main, c’est volontiers », a-t-il déclaré. Le restaurateur entend néanmoins passer le relais sitôt qu’il aura « mis en place un système de fonctionnement », sachant que, selon lui, « pour animer le quartier, il faut faire simple et efficace ». Il cite ainsi les feux d’artifice tirés les vendredis soir cet été. « C’est mon entreprise qui les a financés », précise-t-il, tout en faisant part de sa satisfaction au regard de la dynamique commerciale que cet effort a contribué à générer. Et quand madame le maire s’est ensuite adressée aux commerçants, les invitant à un temps d’échanges, Stéphane Lelièvre a salué l’exercice.

“Améliorer l’attractivité économique”

« C’est important de vous dire qu’il faut que nous travaillions ensemble pour préparer la saison. L’idée est que vous la viviez bien et que nous soyons là pour vous accompagner », a indiqué Nathalie Bicais. Elle a ainsi abordé et répondu à différentes questions, dont celle du stationnement : « Il a fallu arbitrer, faire en fonction des effectifs de la police municipale ». Et de rappeler que « l’objectif des zones bleues limitées à 3 heures est de permettre un turn-over pour que les gens viennent dans les commerces, tandis que les gens qui vont à la plage peuvent se garer plus loin. » Et madame le maire d’ajouter : « Nous allons continuer à travailler sur les parkings de manière globale. » Nathalie Bicais a également évoqué l’éclairage, la gestion des déchets et la propreté, le marché nocturne, les projets d’animations (elle souhaite par exemple « retrouver l’esprit de fête des années yéyé ») ou encore d’aménagement de lieux de dégustation à destination des aquaculteurs… Ce, toujours avec l’intention « d’améliorer l’attractivité économique ». Elle assure ainsi, à l’adresse des commerçants : « Nous allons faire ce qu’il faut. »

Valoriser la culture et le patrimoine

Madame le maire a en outre mentionné la requalification programmée du village Pouillon, en précisant que la DRAC (Direction régionale des affaires culturelles) était « prête à financer une étude ». « Les Bâtiments de France vont nous aider aussi, a-t-elle poursuivi. Nous avons travaillé au projet global, cela représente des sommes importantes, mais, assure-t-elle, nous allons avancer ». Elle a également annoncé, qu’après la salle attenante à l’Office de tourisme, « que nous avons réussi à réhabiliter pour en faire un lieu d’exposition », la Maison Pouillon qui se trouve sur le parc Braudel, aura la même vocation. « Il faut inciter à consommer de la culture et qu’on ne vienne pas seulement aux Sablettes pour les plages, mais qu’on y vienne aussi en hiver », a insisté Nathalie Bicais.

Les commerçants et artisans des Sablettes, sédentaires ou forains, ont pu faire parts de leurs impressions

Partage
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp