Schéma global de mise en valeur du littoral

Nathalie Bicais donne rendez-vous à tous les Seynois jeudi 17 mars à 18h au casino Joa afin de présenter ses grands projets pour le littoral rassemblé dans « le collier de perles ».

Le potentiel maritime doit être valorisé et développé. Le projet ‘‘collier de perles’’ de Nathalie Bicais se développe sur un linéaire côtier de 27 km avec 18 ‘‘perles’’, chacune ayant une identité propre.

Certaines de ces perles ne sont d’ailleurs plus à l’état de projet. Comme le NPNRU(*) qui a démarré en centre-ville avec la requalification de la place Loro. A l’instar aussi du chenal d’avivement à Saint-Elme qui doit être terminé au printemps.

Le potentiel maritime doit être valorisé et développé. Le projet ‘‘collier de perles’’ de Nathalie Bicais se développe sur un linéaire côtier de 27 km avec 18 ‘‘perles’’, chacune ayant une identité propre.

Certaines de ces perles ne sont d’ailleurs plus à l’état de projet. Comme le NPNRU(*) qui a démarré en centre-ville avec la requalification de la place Loro. A l’instar aussi du chenal d’avivement à Saint-Elme qui doit être terminé au printemps.

Le potentiel maritime doit être valorisé et développé. Le projet ‘‘collier de perles’’ de Nathalie Bicais se développe sur un linéaire côtier de 27 km avec 18 ‘‘perles’’, chacune ayant une identité propre.

Certaines de ces perles ne sont d’ailleurs plus à l’état de projet. Comme le NPNRU(*) qui a démarré en centre-ville avec la requalification de la place Loro. A l’instar aussi du chenal d’avivement à Saint-Elme qui doit être terminé au printemps. Le projet de musée lié à l’historique de la découverte des fonds sous-marins à Balaguier a également bien avancé. Quant à la rénovation de la corniche de Tamaris : la partie Giovannini a été inaugurée, avec sa prairie et ses jeux de plein air. Le sentier sous-marin de La Verne a également vu le jour cet été.

Nathalie Bicais passera donc en revue chaque perle de son grand projet :

  •  Brégaillon, plus grand port scientifique d’Europe et son futur bâtiment mutualisé,  devenant ainsi la base marine du Technopôle de la mer.
  • Le pont de la réconciliation entre le quai Hoche et le parc de la Navale qui apportera la mutation nécessaire au centre-ville pour changer d’échelle.
  • Les devenirs de l’atelier mécanique et du hangar des escaliers mécaniques.
  • Le projet d’éco-quartier à Bois-Sacré, dont les 4 réunions de co-construction ont eu lieu dernièrement.
  • L’anse de Balaguier, théâtre des journées Bonaparte permettant de valoriser l’histoire locale et républicaine.
  • La corniche de Tamaris : ce balcon sur la méditerranée va retrouver la qualité d’un aménagement digne de Michel Pacha.
  • La baie du Lazaret avec la mise en valeur de l’aquaculture et la requalification du littoral qui sont des axes primordiaux pour le renouveau de la ville. La valorisation et le développement de cette pratique ancestrale passeront par une labellisation, une surveillance de la qualité de l’eau et une invitation à consommer local.
  • La rénovation du village Pouillon aux Sablettes.
  • De nouveaux appontements pour le port de la Petite Mer.
  • La diversification des activités agricoles du domaine de Fabrégas afin de le rendre plus attractif
(*) Le nouveau programme national de renouvellement urbain
Rendez-vous jeudi 17 mars à 18h au casino Joa pour en savoir plus.

 

 

Partage