Une école « Cédric de Pierrepont » en hommage à un héros de la nation

A La Seyne où il vivait, une école porte désormais son nom : Cédric de Pierrepont. Lundi 30 août, l’école Émile-Malsert 2 a été officiellement rebaptisée en hommage au nageur de combat mort pour la France le 10 mai 2019, lors d’une opération de libération d’otages au Burkina Faso. Sa mémoire a été saluée, en présence de ses proches, dans le cadre d’une émouvante cérémonie organisée par les autorités militaires et civiles.

« Lorsque les petits Seynois franchiront la porte de cette école, lorsque les Seynois passeront devant l’école où flottent fièrement nos trois couleurs bleu-blanc-rouge, chacun en levant les yeux vers le ciel pour lire sur la façade “École primaire Cédric de Pierrepont” se souviendra de ce soldat, de ce héros mort pour la France. » Madame le maire Nathalie Bicais concluait ainsi, ce lundi 30 août dans la cour de l’ancienne école Émile-Malsert 2, son hommage au premier maître Cédric de Pierrepont, « tombé en soldat, en marin », selon l’amiral Pierre Vandier. Le chef d’état-major de la Marine nationale était présent parmi les autorités militaires et civiles* pour honorer la mémoire du nageur de combat mort le 10 mai 2019 au Burkina Faso, lors d’une opération de libération d’otages.

 

« Une évidence »

Cédric de Pierrepont avait rallié le commando Hubert (lire ci-après), il habitait à La Seyne-sur-Mer, avec sa compagne Florence, qui assistait également à la cérémonie. C’est en effet suite à une requête de cette dernière et de la directrice de l’établissement scolaire, Ysabelle Bernard, que le conseil municipal s’était prononcé à l’unanimité, le 29 juin, en faveur de ce changement de dénomination. « Qu’une école de la République porte le nom d’un soldat mort au combat a sonné pour moi comme une évidence », a réagi Nathalie Bicais, qui a tenu à ajouter : « A cette tragédie du 10 mai 2019, je ne manque pas d’associer le nom d’Alain Bertoncello, le frère d’armes de Cédric de Pierrepont dont on vit les deux cercueils unis par une sangle de vie lors de l’hommage solennel aux Invalides (le 14 mai 2019, ndlr). » Lors de cet hommage national, le Président de la République, Emmanuel Macron, les a nommés premiers-maîtres et promus chevaliers de la Légion d’honneur à titre posthume.

« Il a donné sa vie pour sauver celle des autres »

Le chef d’état-major de la Marine nationale voit en cette initiative « une très belle façon de faire vivre le souvenir du premier maître Cédric de Pierrepont ». Lequel, a-t-il souligné, « est allé jusqu’au bout de son engagement. Il a donné sa vie pour sauver celle des autres ». A savoir : « Quatre otages dont deux compatriotes ». Selon l’amiral Pierre Vandier, « le parcours » de Cédric de Pierrepont montre en outre « qu’il est possible de donner un sens à sa vie au service de l’intérêt général ». Il considère que lui rendre cet hommage est aussi une manière d’« entretenir le lien fondamental qui unit les Français et les armées ».

Baptiser une école « Cédric de Pierrepont », « c’est s’assurer que son sacrifice ne sera pas oublié », a poursuivi le préfet du Var, Evence Richard. Avant de formuler « le vœux qu’il devienne un modèle » pour continuer de porter « les valeurs qui étaient les siennes » auprès des plus jeunes.

Après les différentes allocutions, des écoliers ont entonné « La Marseillaise », au côté des soldats du commando Hubert.

Quinze ans de service

Né en 1986, le premier maître de Pierrepont est entré dans la Marine nationale en 2004, au sein des équipages de la flotte. Il intègre en 2005 la spécialité de fusilier marin et se distingue en terminant premier sur quarante-sept de son cours de Brevet élémentaire. Un an et demi plus tard, il réussit le stage commando. Cédric de Pierrepont est ensuite affecté au commando de Penfentenyo où il est promu au grade de second-maître et obtient son brevet d’aptitude technique fusilier marin-commando.

En août 2012, il réussit le cours de nageur de combat puis rallie le commando Hubert. Il y occupait les fonctions de chef de groupe commando depuis le 1er avril 2018 jusqu’à sa mort au combat dans la nuit du 9 au 10 mai 2019 lors d’une opération de libération d’otages au Burkina Faso.

Il cumulait 15 ans de service au cours desquels il a plusieurs fois été engagé sur des théâtres d’opérations en Méditerranée, au Levant et au Sahel où il était déployé depuis le 30 mars 2019.

Le premier maître Cédric de Pierrepont était titulaire de quatre citations (à l’ordre du régiment, de la brigade et de la division) avec attribution de la Croix de la Valeur militaire et d’une citation à l’ordre de la Brigade avec attribution de la Médaille d’or de la Défense nationale. Il était en outre décoré entre autres de la Médaille d’or de la Défense nationale « Nageur de combat – Missions d’opérations extérieures » et de la médaille d’Outre-mer avec agrafes Sahel et Liban. (Biographie et crédit photo : Ministère des Armées)

*La cérémonie s’est déroulée en présence d’autorités militaires et civiles : l’amiral Lapointe, représentant le préfet maritime ; l’amiral Lucas, commandant de la force maritime des fusiliers marins et commandos et son successeur, l’amiral de Briançon ; Richard Laganier, recteur d’académie ; Jean-Michel Porez, directeur départemental de la Sécurité publique ; le commandant Fleury, chef du centre de secours de la Seyne-sur-Mer ; des représentants d’associations patriotiques et d’anciens combattants ; Émilie Guérel, députée ; François de Canson, représentant le président de la région Sud Paca Renaud Muselier ; ainsi que de nombreux élus municipaux.
Partage
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp