PhotoClimat : regard croisé sur l’urgence climatique

La Seyne-sur-Mer est la première escale de l’exposition PhotoClimat après son succès à Paris. Huit installations alertant sur l’urgence climatique ainsi que de magnifiques photos d’artistes sont exposées jusqu’au 9 janvier 2022 quai Hoche, places Martel-Esprit et Bourradet, ainsi que dans l’ancienne crèche Josette-Vincent. Madame le maire l’a inauguré ce dimanche 24 octobre en compagnie de Nicolas Henri, un des artistes présents mais aussi scénographe pour Yann-Arthus Bertrand

Philippe Sérénon, commissaire de l’exposition et organisateur de PhotoMed, Nicolas Henri et Nathalie Bicais.

Le dérèglement climatique, la pollution, la sécheresse ou encore la pénurie alimentaire… Nombreuses sont les problématiques auxquelles l’humanité est déjà confrontée. “Une exposition majeure” pour madame le maire qui inaugurait ce dimanche PhotoClimat en centre-ville, “avec la culture comme support de renouveau” assurait-elle. Avec sa première étape quai Hoche, “Cette expo parle aux passants mais aussi aux automobilistes qui arrivent sur le port. Ici à La Seyne, nous vivons avec la mer, nous avons donc une responsabilité par rapport à elle. Vous le savez, je suis très ouverte à la culture, et cette exposition c’est de la pédagogie positive, c’est un regard qu’elle nous impose de croiser.”

Corail géant

L’artiste Nicolas Henri sous le corail géant

Cette première étape de l’exposition photo quai Hoche s’articule autour d’un corail géant, composé de pneus enveloppés par une toile évoquant la croissance du corail. “Cette moumoute jaune, explique Nicolas Henri, symbolise le travail des ONG qui, face à la disparition des barrières de corail, installent des structures immergées pour les reconstituer. Autour de ce corail géant, vous trouverez des photos de micro-organismes vivants des profondeurs, mais aussi des images de déchets des profondeurs. Ces scénographies sont faites pour étonner. Douze millions de personnes dans le monde se mobilisent via des associations pour apporter des solutions positives à l’urgence climatique, comme Tara Océan qui ont découvert ces micro-organismes fabuleux et Surfrider Foundation.” 

Des déchets comme modèles

Vous découvrirez sur le quai Hoche des photos de Christian Sardet et les macronautes, qui ont photographié les micro-organismes découverts par Tara Océan, mais aussi celles de Bioquest Studios (les récifs coralliens colorés), celles de Mandy Barker qui prend les déchets comme modèles, Jérémy Gobé qui travaille sur le projet “Corail Artefact” et, enfin celles d’Alessandro Puccinelli qui nous plongent dans la violence des tempêtes océaniques, toutes en noir et blanc.

Le poids de la vie

“The Prophecy Project” sur la place Martel-Esprit.

Deuxième étape de l’exposition place Martel-Esprit avec d’autres photos fortes et poétiques de Floriane de Lassée. Intitulée “How much can you carry ?”, en français “Combien peux-tu porter ?” cette exposition dresse un portrait mélancolique de femmes vivant dans des mégapoles. Une réflexion sur le poids de la vie. La photographe réalise là une série à deux niveaux de lecture : l’un fait référence à ces cariatides modernes et l’autre parle des divers poids que nous portons : poids des traditions, de l’éducation, de la famille, des croyances religieuses…

Sapin de chiffons

Noël solidaire avec Fabrice Monteiro et le sapin d’Emmaüs sur la place Bourradet.

Troisième étape de l’expo, place Martel-Esprit où l’artiste Fabrice Monteiro nous accueille sous un sapin de matériaux recyclés pour un Noël qu’il nous souhaite “solidaire”. Ce sapin a été réalisé en partenariat avec “Emmaüs”.

Des ONG à la crèche

Le tour du monde des ONG : Les photos de Nicolas Henri dans l’ancienne crèche Josette Vincent.

Dernière étape du parcours, les oeuvres de Nicolas Henri, scénographe de Yann-Arthus Bertrand, sont rassemblées dans l’ancienne crèche Josette-Vincent* qui a vocation à devenir la future médiathèque du centre-ville. Après avoir lu le livre de Mathieu Le Roux et Sylvain Darnil, “80 hommes pour changer le monde”, l’artiste construit, avec la fondation Lemarchand un projet qui y fait écho : un tour de France de 17 associations françaises tournées vers les problématiques de développement durable. Cette dernière étape de l’exposition met en valeur ces milliers d’acteurs de projets associatifs favorisant le respect, la solidarité intergénérationnelle, la sensibilisation à la préservation de l’environnement, l’éducation et les activités de plein air.

Cette exposition en 4 étapes est à découvrir dans le sens que l’on veut, jusqu’au 9 janvier 2022. “Elle sera également visitée par les élèves des écoles de la ville”, précisait madame le maire avant de remercier le commissaire de l’exposition, Philippe Sérénon, fondateur et organisateur du festival PhotoMed qui a permis que La Seyne obtienne la première escale de la biennale PhotoClimat, après son succès à Paris.

 

* Ex-crèche Josette-Vincent, ouvert le mardi 14h à 18h, de mercredi à samedi de 9h à 12h et de 14h à 18h et le dimanche de 10h à 12h.
Partage
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp