Écoles : Des « réfectoires éphémères » pour satisfaire à l’exigence sanitaire

Les services municipaux ont su, depuis le début de l’épidémie de Covid-19, s’adapter aux évolutions du protocole sanitaire, conformément aux directives de l’Éducation nationale. Le renforcement des mesures, décidé le 8 février dernier, a nécessité de mobiliser de nouveaux moyens, notamment pendant le temps méridien.

Cela fait près d’un an maintenant, depuis la réouverture des écoles après le premier confinement, que les services municipaux intervenant en milieu scolaire ont à se conformer aux directives successives du ministère de l’Éducation Nationale pour garantir un accueil des enfants dans les meilleures conditions de sécurité sanitaire. « A chaque fois, les agents ont su rebondir, je les en remercie, commente Kristelle Vincent, adjointe au maire déléguée à l’enfance. Tout le monde a joué le jeu, il y a eu une bonne coordination entre les services (la restauration municipale, l’entretien et les animateurs de la Caisse des écoles). » L’élue salue ainsi « l’adaptabilité du service public », à nouveau mise à l’épreuve à la rentrée des vacances d’hiver, le 8 mars dernier.

Il a en effet fallu répondre au dernier protocole, en vigueur depuis le 8 février 2021, lequel est venu complexifier encore l’organisation, en particulier pendant le temps méridien.

Ainsi à l’heure du déjeuner, plusieurs classes peuvent être présentes dans le réfectoire, mais à la condition de respecter une distance de 2 mètres entre-elles (au lieu d’un mètre précédemment)*. Et les conditions d’hygiène et de sécurité alimentaires doivent évidemment rester garanties, sachant qu’afin d’éviter les manipulations, tous les plats et aliments, y compris ceux auparavant en libre-service (pain, salades, desserts…) sont désormais servis à l’assiette et/ou au plateau.

Des agents en renfort

Les capacités d’accueil de certains réfectoires ne permettant pas l’application de cette mesure de distanciation, des « réfectoires éphémères » ont été mis en place de dans les écoles suivantes : les maternelles et élémentaires Jean-Jacques-Rousseau et Toussaint-Merle, les maternelles Victor-Hugo et Eugénie-Cotton, ainsi que l’élémentaire Saint-Exupéry. Ces derniers ont été aménagés dans des salles polyvalentes ou d’activités périscolaires, lesquels doivent être opérationnels, nettoyés et désinfectés, dès 13h30.

Ces nouvelles dispositions ont donc impliqué d’engager des moyens supplémentaires, aussi bien matériels avec, par exemple la fourniture de réfrigérateurs et d’étuves mobiles pour maintenir les plats chaud à la température requise, qu’humains. Dix-sept agents ont en effet été recrutés, dix pour la restauration scolaire et l’entretien, sept pour assurer l’encadrement des enfants.

Au delà du respect du protocole, la volonté de la municipalité est de faire en sorte que chaque enfant déjeune dans de meilleures conditions. Kristelle Vincent (en photo ci-contre) termine donc sur une note positive en relevant « certains avantages » : « Les enfants sont moins nombreux, ils ont plus d’espace, ce qui fait que les repas sont plus calmes. »

*Afin de respecter le cordon sanitaire, aussi bien au réfectoire que dans la cour, des groupes de classes ont été constitués en fonction des effectifs et des capacités d’accueil.

A l'école élémentaire Jean-Jacques Rousseau, trois services successifs, avec nettoyage et désinfection entre chacun, sont organisés dans une salle d'activités.

Partage
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur whatsapp